Les jumeaux du bistro, roman, Richard Gervais

c_richard_gervais_01a

Les jumeaux du bistro
Roman
Richard Gervais
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2013, 320 pages.
ISBN 978-2-89612-441-1
Couverture souple couleur
Format 6 X 9 pouces
Reliure allemande
Exemplaire papier : 24.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : GRATUIT

PRÉSENTATION

Fils d’un immigrant italien établi à Montréal depuis une quarantaine d’années, les jumeaux Forte – Julien (Giuliano) et Marcel (Marcello) – sont tous deux employés au bistro de leur père. Plus volubile, Marcel agit à titre d’hôte et de caissier, alors que Julien est serveur.

Âgés de 33 ans, les deux frères s’entendent plutôt bien, mais ils ont peu de choses en commun. Sympathique et grassouillet, Julien ne fait pas partie de cette catégorie de mâles qui font tourner les têtes. On ne saurait en dire autant de Marcel dont la gueule de star attire comme un aimant les regards féminins. Les jumeaux diffèrent également dans leurs préférences sexuelles : Marcel est hétéro et Julien est gay.

Dans ce bistro exigu mais chaleureux, la clientèle est variée à souhait. On y voit, entre autres, le journaliste culturel Albert Martin qui s’y régale régulièrement. Quant à Madame Lajoie, élégante septuagénaire riche à craquer, elle mange peu car elle se soucie de sa santé. Il y a aussi un certain Louis-Paul, séduisant, la cinquantaine, mais parfois soupe au lait.

Ces clients sont servis, tantôt par Julien, tantôt par la rousse Marjorie, plus très jeune et manquant de classe, mais fort dévouée.

Comme on le sait, chaque famille a au moins un secret jalousement gardé et les Forte n’y font pas exception…

Les interactions entre les employés et les clients du Bistro Chez Forte constituent la trame de ce premier roman de Richard Gervais.

EXTRAIT

Extrait du chapitre 1

Le temps est gris et les nuages sont menaçants. Depuis quelques jours, on a droit à une vague de froid. Et l’humidité n’arrange rien. En fait, les coupe-vent automnaux s’apprêtent probablement à céder leur place aux paletots d’hiver.

L’été avait débuté plus tard qu’habituellement mais, consolation, s’était étiré presque jusqu’au début d’octobre. Puis, vlan !, le mercure s’était mis à dégringoler, entraînant une mini-pandémie de grippe, particulièrement chez les adolescents, nullement pressés de revêtir foulards et autres vêtements pour temps froids !

Les cheveux collés par la sueur, sous un béret aplati qui a connu de meilleurs jours, Albert, 45 ans (il en paraît 35), secoue la tête en remarquant les nombreuses éclaboussures de peinture bleu nuit sur sa salopette défraîchie et sur ses mains. S’essuyant le front du revers de la main, il se dit :

— Eh bien, mon petit Albert, la peinture et toi, vous faites décidément pas bon ménage… Une douche brûlante fera pas de tort, hein !

Admirant son salon sur les murs duquel il vient d’appliquer une dernière couche de couleur, il siffle un vieil air de Bob Dylan (un de ses chanteurs favoris) pour exprimer sa satisfaction.

— Bon, ça suffit pour aujourd’hui, se dit-il en enlevant son couvre-chef pour frictionner son cuir chevelu trempé. Allez, on ramasse tout. Et, après la douche, une vraie bonne bouffe !

Regardant l’heure, il se rend compte qu’il est plus tard qu’il aurait cru; il a même sauté un repas ! C’est d’ailleurs un de ses vilains défauts : quand il embarque de plain-pied dans quoi que ce soit, le zélé Albert oublie de se sustenter. Tout en nettoyant et rangeant son matériel de peintre peu expérimenté, il réfléchit à sa nouvelle vie des dernières semaines.

Ayant récemment emménagé dans le quartier de sa jeunesse, Albert Martin – talentueux journaliste homosexuel bien dans sa peau – cherchait-il à renouer avec ses racines ? Même lui n’en est pas sûr mais il trouve que l’endroit a bien changé depuis 30 ans. Il y avait vécu son enfance, entouré de familles défavorisées qui ne cadreraient vraiment plus dans ce qui est à présent un environnement branché où d’apprentis artistes – qui ne deviendront sans doute jamais stars – s’établissent. Plusieurs usines d’autrefois ont été démolies, alors qu’on en a restauré d’autres pour en faire des condos. On a également construit une tour à logements et c’est dans cet immeuble qu’il habite depuis peu. Perché au 8e étage, son appartement est un peu cher mais le loyer inclut tout, sauf le téléphone et le service de câblodistribution.

Il y réside depuis moins d’un mois et il a déjà presque fini de s’installer. Sagement, il avait décidé de consacrer à son emménagement une partie de ses vacances annuelles pour ne pas perdre patience à se déplacer parmi des boîtes durant une trop longue période. S’il y a quelque chose qu’il ne peut supporter, c’est bien un appartement en désordre…

Ah oui, c’est vrai : le journaliste ne doit pas oublier d’acheter d’autres plantes vertes pour remplacer celles endommagées par les trop maladroits déménageurs ! Les tarifs exorbitants de certaines compagnies de transport sont inversement proportionnels à la compétence de leurs employés. Pour ne pas oublier ce détail, Albert – entre deux nettoyages de pinceaux – se dirige vers son frigo dont la porte du congélateur est décorée d’un bloc aimanté où il griffonne en vitesse ‘Plantes’. Puis, se rendant compte à quel point il écrit mal, il sourit en se demandant s’il arrivera à se relire.

Depuis trois ou quatre ans, Albert songeait à regagner ce secteur de la ville mais il remettait toujours cette démarche à plus tard. Il faut dire que la vente de son condo n’avait pas été évidente. Non, on ne l’y reprendrait plus : vive les appartements loués ! Quand on en a ras le bol, on fout le camp et bonjour la compagnie ! En tous cas, cette fois, il compte habiter le même endroit longtemps et se promet bien de faire de son mieux pour s’y plaire…

Bon, tout est rangé, enfin. Allez, hop, sous la douche !

Après s’être vigoureusement savonné à l’eau presque bouillante, Albert se rince en choisissant la température d’eau la plus froide possible et le jet le plus fort pour raffermir les chairs un peu ramollies par les années qui passent. Par la suite, il s’éponge doucement avant de revêtir un confortable peignoir en ratine orangée.

Jetant un coup d’œil dans la glace, il n’est pas trop mécontent de ce qu’il y voit. L’éclat de ses yeux gris-vert lui donne un air espiègle; juste au-dessus, le front commence à dessiner quelques rides mais rien de trop dramatique encore. Le nez – ni trop large, ni trop étroit – surplombe des lèvres qu’Albert trouve trop minces. Qu’importe : il paraît qu’on les oublie car plusieurs lui disent que son sourire est irrésistible. Sa silhouette n’a rien de spectaculaire – épaules un peu tombantes, pectoraux trop plats – mais, au moins, il peut s’enorgueillir de ne pas avoir de ventre, ce qui n’est pas le cas de la plupart de ses collègues de travail.

— Voyons, qu’est-ce qui me prend ?, murmure-t-il en souriant. Ça me ressemble pas de me scruter comme ça; serais-je devenu un métrosexuel ? Au secours !

Sortant son séchoir, il fait la moue en scrutant ses cheveux brun foncé où le gris gagne de plus en plus de terrain. Il se peigne en envoyant tout vers l’arrière, réalisant qu’il devra tôt ou tard changer de coiffure car sa chevelure commence à cruellement s’amincir.

Allant vers sa chambre, Albert ouvre deux tiroirs. Du premier, il tire un moelleux pull-over de couleur lilas et, de l’autre, une paire de chaussettes noires et un slip de couleur pêche. Puis, il sort du placard un jean noir à taille basse et il y enfile sa ceinture préférée, noire également. Sitôt habillé, devant le miroir plain-pied vissé à l’arrière de la porte de sa chambre, il tourne sur lui-même et s’attarde un peu à ses fesses :

— Pas mal, pas trop mal…

Puis, il rentre le ventre et redresse les épaules. Oui, il doit de plus en plus soigner son maintien pour garder son allure jeune, ce qui n’est pas de tout repos. Il ressent effectivement encore des séquelles de son entorse lombaire d’il y a quelques années.

Il est à présent presque prêt à sortir. Écartant les stores verticaux de la porte patio du salon, il risque un coup d’œil sur son balcon et s’exclame, à voix haute :

— Merde, pas déjà la première neige : on est en octobre. J’avais bien besoin de ça !

Il devra donc porter ses bottes toutes neuves qu’il n’avait pas encore pris le temps de cirer. Après les avoir sorties de leur emballage de carton, il les prend dans ses mains et en examine les coutures en murmurant :

— Vous me protégerez bien, mes petites chéries ?

Puis, il les enfile avant de revêtir son paletot et sa casquette préférés. Il sort enfin de chez lui et, d’un pas pressé, parcourt l’interminable corridor menant à l’ascenseur; il s’y engouffre et appuie sur le bouton RC. Quelques minutes plus tard, il se retrouve sur le trottoir.

Un intense frisson saisit Albert, l’obligeant à relever son col et à abaisser la palette de son chapeau. La neige folle et le vent ne l’empêchent pas de marcher, histoire de se creuser l’appétit. Il a été enfermé toute la journée à peinturer, alors il avait un urgent besoin d’air : pas question de manger à la maison !

Des amis lui avaient dit que les bistros pullulaient dans le coin et c’est bien vrai, surtout sur la rue qu’il choisit d’emprunter. Marchant d’un bon pas, il grommelle en s’apercevant qu’il a oublié ses gants. Tant pis, il n’a d’autre choix que de fourrer ses mains dans ses poches. Puis, notre journaliste affamé entreprend d’étudier les différents menus affichés aux portes des restaurants.

— Bon, qu’est-ce qu’on a de bon ici ? Table d’hôte, table d’hôte, voyons un peu… Potage au cresson, truite arc-en-ciel, gâteau maison, mmm… pas mal. Quoi ? 49 $ ? Non mais je rêve, sans doute. Je suis Albert Martin, pas Crésus !

Il poursuit sa promenade jusqu’à la prochaine intersection. Après avoir traversé le boulevard, il remarque un petit café à l’air sympathique. On y annonce filet mignon, coquille de fruits de mer et filet de doré amandine, trois choix déchirants pour le journaliste, jusqu’à ce qu’il voie les prix : rien en bas de 40 $. De plus, tout est à la carte : aucune table d’hôte.

Grimaçant, Albert continue sa route en maugréant :

— Non mais ils me prennent pour un millionnaire, ces idiots !

Résolu à prendre un repas sain sans trop alléger son portefeuille, il est fort intrigué par un tout petit bistro à la façade rouge et verte.

— Ça fait pas mal italien, ce truc, songe-t-il. Puis, lisant ‘Bistro Chez Forte’, il enchaîne : ah bon, je comprends, avec un nom pareil !

Prenant connaissance du menu composé de nombreux plats appétissants à prix abordables, Albert est ravi de la variété dudit menu qui ne se limite pas à des spécialités italiennes. Il décide d’entrer, après avoir minutieusement secoué l’excès de neige de sa casquette et de ses épaules.

Malheur, l’endroit (minuscule, à peine une quinzaine de tables) est bondé ! Albert s’apprête à quitter quand on lui crie :

— Monsieur, monsieur, attendez ! Il nous reste une table, tout au fond !

Cet éclat de voix provient de l’hôte, un mince et séduisant jeune homme, auquel Albert confie :

— Je suis seul et je voulais pas accaparer une table à quatre…

Marcello (Albert a furtivement lu le prénom piqué dans la chemise du joli garçon) réplique :

— Non, non, Monsieur, pas de problèmes. Je vous en prie, suivez-moi.

Albert le suit. Afin de remplir à capacité l’espace exigu, on a exagérément rapproché les tables les unes des autres, ce qui en fait un lieu peu propice aux confidences et aux mots doux. N’importe, l’ambiance y est incontestablement chaleureuse et l’endroit respire la propreté.

À peine assis, Albert est aussitôt accosté par l’unique serveuse à l’allure des plus cheap :

— Bonsoir, Monsieur. Vous allez bien ? (Elle ne lui laisse guère le temps de répondre) Vous êtes nouveau dans le quartier ou je me trompe ? (Elle parle si vite qu’Albert en est presque étourdi). En tous cas, vous faites pas partie de nos habitués !

Décontenancé par cette dame au chignon ébouriffé, Albert lui répond poliment :

— Effectivement. Vous avez l’œil, Madame.

— Appelez-moi, Marjorie, voyons ! Vous prendrez bien un apéro pour débuter ?

Albert acquiesce :

— Pourquoi pas ? Avez-vous de la bière pression ?

— Certainement, monsieur. La préférez-vous blonde ou rousse ?

— Une blonde, s’il vous plaît.

Voulant vraisemblablement le mettre à l’aise (ce qui aura tout l’effet contraire), la très rousse Marjorie lui fait un clin d’œil :

— Avez-vous quelque chose contre les rousses ?

Puis, elle éclate d’un rire franc et bien gras. Albert ne sait trop comment réagir et répond en souriant :

— En passant, j’ai tout mon temps, Madame. Je vais boire mon apéro avant de commander mon repas. Ça vous va ?

— C’est vous le boss : à votre goût !

Elle tourne les talons vers une autre table en fredonnant – d’une voix étonnamment juste – le succès de Michèle Torr Emmène-moi danser ce soir.

Quelques minutes plus tard, Marjorie lui apporte son verre. Lorsqu’il bouffe seul, Albert apporte toujours un livre ou un magazine mais, après sa journée épuisante, il tient à vraiment mettre son cerveau à ‘off’ et il en profite pour observer l’endroit.

— C’est vraiment chouette, ici, pense-t-il. Décor discret et impeccable, un peu trop de rouge et un peu trop de vert mais, quand même; clientèle à l’allure aimable. Et – heureusement ! – pas d’affreuses décorations d’Halloween. Je me suis jamais expliqué pourquoi les restaurateurs s’entêtent à décorer pour cette fête; c’est débile… Jetant un coup d’œil à la serveuse, il rit intérieurement et se dit :

— Mais qu’est-ce que cette femme fout ici ? Elle est affable, oui, mais elle manque de classe avec son maquillage exagéré et sa coiffure d’épouvantail…

Observant subtilement l’endroit, le journaliste découvre qu’il y a des clients de presque tous les âges. La plupart semblent des familiers de la place; Albert remarque en effet que plusieurs se saluent et sourient en hochant la tête. Clientèle variée à souhait, entre autres : un jeune couple dans la vingtaine, deux vieux messieurs sans doute retraités, deux dames coquettes bien que plus très jeunes mais aucune famille avec des morveux criards. Ça tombe bien : Albert ne peut supporter les parents souriant timidement aux gens quand leur bébé pique une crise.

Repensant au quotidien, Albert constate qu’il achève la trop courte période de vacances prise pour son déménagement; il doit retourner au travail lundi (dans trois jours, déjà !). On lui a assigné une entrevue avec un metteur en scène prétentieux (bien que peu connu) et il n’a rien préparé encore.

— En fin de semaine, je me branche sur Internet, se dit-il, pour en savoir un peu plus sur cet énergumène. C’est pas que ça m’enchante…

AU SUJET DE L’AUTEUR

Richard Gervais

Parallèlement à sa carrière de col blanc à la Ville de Montréal, il avait été journaliste pour une quinzaine de publications et de sites web et ce, sans aucune formation préalable. Entre 1986 et 2008, il a notamment exercé des fonctions de chroniqueur culturel, critique de cinéma, reporter, rédacteur en chef, éditeur et webmestre. Quoique sa passion première ait toujours été le cinéma, il a développé, au cours des ans, des qualités d’intervieweur qui lui ont permis de s’entretenir avec plus d’une centaine de personnalités du Québec et d’ailleurs.

Richard a aussi cofondé un mensuel de cinéma en 1993 et créé son propre site web en 2006.

Considérant qu’il avait un peu fait le tour de ses intérêts en journalisme, il a quitté ce milieu en septembre 2008 pour se consacrer à la rédaction de son premier roman Les jumeaux du bistro. Par ailleurs, Richard occupe la fonction de correcteur-réviseur à la revue de cinéma Séquences et au mensuel La Métropole.

TÉLÉCHARGER VOTRE EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE GRATUIT

► NOTE TRÈS IMPORTANTE : Il est strictement interdit d’offrir ce livre en téléchargement sur un autre site. Prière d’utiliser un lien vers cette page web.

Pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit, cliquez sur l’un des deux logos ci dessous.

Adobe_PDF_Iconb.svg

zip_002

OBTENIR UN EXEMPLAIRE PAPIER

Vous préférez un exemplaire papier, cliquez ici

Publicités

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , ,
Publié dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue

La Fondation littéraire Fleur de Lys est heureuse de vous accueillir dans sa Bibliothèque publique de livres numériques gratuits. Ce site est rattaché à celui de la Fondation littéraire Fleur de Lys.

MÉMOIRE GRATUIT

La Fondation littéraire Fleur de Lys dépose un mémoire au sujet de la Stratégie culturelle numérique

MÉMOIRE GRATUIT

La Fondation littéraire Fleur de Lys dépose un mémoire sous le titre «Comment soutenir les librairies indépendantes québécoises ?»

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :