Blue train connection, nouvelle, Jean-Luc Flines

c_jean_luc_flines_2_a

DONNÉES AU CATALOGUE

Blue train connection
JEN-LUC FLINES
Nouvelle,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Montréal, 2008, 69 pages.
ISBN 978-2-89612-247-9

PRÉSENTATION

Si elle avait décidé de tenter l’aventure, c’est parce que les autorités arabétadiennes avaient menti en prétendant ironiquement qu’elles n’avaient aucun projet de fabriquer des armes nucléaires. Cependant, ils produisaient beaucoup trop de substances radioactives qui ne pouvaient servir qu’à confectionner des bombes nucléaires. En 2008, elle avait estimé que son pays avait déjà fabriqué pour les terroristes potentiels plus de deux mille grenades atomiques. C’est à ce moment-là qu’elle avait décidé d’engager une procédure de dénonciation Elle voulait contribuer à apporter la paix dans cette région. Déjà qu’en 2008, ce qui fut encore les États-Unis d’Amérique avaient été foudroyés par l’attaque de kamikazes , détenant déjà des armes nucléaires surpuissantes miniaturisées, encore rudimentaires, certes, mais déjà terriblement efficaces! Les ayant fixées insidieusement dans le train d’atterrissage d’une vingtaine d’avions des lignes internes américaines, juste avant le décollage, celles-ci avaient explosé, quadrillant systématiquement l’ensemble du territoire! Le monde du Moyen-Orient dont l’Arabétadie fait partie n’avait plus à redouter l’emprise du pays du dollar ! Eh ! Oui ! Aussi simple que cela !

 

EXTRAIT

Paris, 29 septembre 2016

« Le vingt-et-unième siècle sera religieux ou ne sera pas  » disait Malraux.

Moi, Grégoire Arnaud, journaliste au «Point de Paris», je pense qu’il s’est lourdement fourvoyé. Je l’ai écrit la semaine dernière à propos des nouvelles explosions de grenades nucléaires en Arabétadie. En fait, il aurait dû peser ses mots et rectifier le tir en déclarant plutôt : «Si le vingt-et-unième siècle était religieux, il n’existerait pas longtemps! »

C’est bien le fondamentalisme religieux − en l’occurrence l’Itarisme − qui notifie clairement ma croisade actuelle contre les systèmes politiques occidentaux!

En 2016, nul n’est à l’abri. Surtout pas la France qui soutient le régime démocratique si fragile d’Arabétadie ainsi que son réseau Lucabomique en lutte contre l’utilisation de la bombe atomique). C’est un peu paradoxal, je l’admets, alors que l’Hexagone détient lui-même la bombe nucléaire et que son président, Pierre Joris, développe un programme parallèle d’intensification des armements similaires en Polynésie.

Le siècle, au bout de sa première décennie, s’est ouvert sur la terreur la plus abominable qui soit. Angoisse profonde répercutée par les médias et mise en scène avec une ignominie obscène.

Voilà qu’un homme s’explose en plein marché, comme un simple pétard de feu d’artifice dont la couleur virerait au rouge sans grand souci esthétique, sous nos yeux. Voilà, à nouveau, le sort de l’homme réduit à un cocktail de chairs éparpillées. On doit le constater aujourd’hui, après Jacquart, après Deleuze, après les philosophes jovialistes et bien après le procès du génocide de Kigali, il serait inutile de réitérer des espérances naïves où la raison serait balayée par les endoctrinements de masses, suite au développement des techniques terroristes.

La bestialité est devenue un loisir actif. Elle fait corps avec notre conception du politiquement correct. L’homme est devenu hygiéniquement atroce! C’est clair, l’Histoire n’a donné aucune leçon de morale. Le fanatisme s’est rationalisé. Il ne s’est jamais si bien porté. Son avenir est assuré!

Nos écrans ne sont plus pollués par des images de mort, mais plutôt agrémenté par des iconographies de vengeances dégoulinantes de sang et de lambeaux de bidoches dont nous nous fichons complètement qu’elles soient américaines, irakiennes ou arabétadéennes. Des images qui n’impressionnent même plus nos enfants et entretiennent leur esprit de dévastation grisante.

On peut espérer qu’ils s’en lasseront à brève échéance et qu’ils ne réclameront pas des mets encore plus saigneux! C’est une drogue qui se répand insidieusement dans les profondeurs de leur inconscient et finit par se révéler une nécessité vitale dans sa consommation. Ces temps maudits où le Christianisme n’a pas su combler l’esprit, a fondu comme neige au soleil par la désertification des églises. La béatification et la canonisation en masse orchestrée par le Vatican pour mettre en évidence le mode de vie de certaines personnes ainsi que l’exemple de foi qu’elles ont témoigné de leur vivant, n’ont pas inspiré, même les chrétiens refusant de carburer à l’essence martyriogène!

Pourtant, on aurait pu croire que son fond de commerce puisse encore accrocher une bonne partie de ses fidèles alors que le concept «Poursuis ta route dans la joie et le labeur, même si tu es si peu de chose. Rien du tout ! Sur cette terre tout peut s’arranger, sauf la mort et pour nous la mort c’est la Vie !» ne semble pas prêt de se lézarder!

Il paraît que la vie c’est se dépenser. Il faut la brûler au service de leur dieu. Alors, si nous nous écrasons complètement pour lui, la mort viendra nous délivrer et nous apporter la possession de la Vie. Voilà pourtant un programme en phase avec les théories du prophète Itar et fort proche de l’interprétation islamique du Coran!

En Arabétadie, sur ce champ de mines dont Elisa Jones ne parvient pas à éradiquer les racines diaboliquement dissimulées dans les sables chauds d’Arabétadie, les victimes disloquées s’alignent heure après heure et l’insécurité gagne toutes les régions du plateau de Thimbey.

Ingénieur au centre de DARTIMO, Elisa Jones révéla, en 2006 au FreeMind Times, l’existence du programme nucléaire militaire d’Arabétadie. Enlevée par la Stawatch, les services secrets de son pays, elle venait de contacter les journalistes de l’ex-Amérique.

Juste avant que leur article ne soit diffusé dans le monde entier, elle fut jugée à huis clos et emprisonnée durant plusieurs mois. Bien qu’interdite de contact avec la presse, elle avait réussi a faire parvenir le contenu de son interview par le Réseau Lucabomique (réseau de lutte contre l’utili-sation de la bombe atomique).

Depuis huit ans, elle travaillait au centre de recherches en armements de Dartimo, dans la région du plateau de Thimbey en plein désert de Sooly. Juste avant de quitter ce travail, en juin 2010, elle avait photographié des installations ultra-secrètes à l’intérieur de l’usine, afin de révéler au monde que l’Arabétadie cachait un secret nucléaire. Son travail, à Dartimo, consistait à mettre au point des éléments radioactifs fonctionnels pour la fabrication de bombes atomiques. Elle n’ignorait pas les quantités de matières fissiles qui y étaient produites, ni les matières dangereuses utilisées ni, hélas, quelles sortes de bombes étaient secrètement fabriquées par les Fidèles d’Al Itar.

Révéler au monde à elle seule que son pays était détenteur de l’arme nucléaire, l’avait obligée évidemment à prendre un risque énorme ! Et pourtant, elle le fit !

Si elle avait décidé de tenter l’aventure, c’est parce que les autorités arabétadiennes avaient menti. Celles-ci prétendaient ironiquement qu’elles ne détenaient aucun projet de fabrication des armes nucléaires. Cependant, elles produisaient beaucoup trop de substances radioactives qui ne pouvaient servir qu’à confectionner des bombes nucléaires.

En 2008, elle avait estimé que son pays avait déjà fabriqué pour les terroristes potentiels plus de deux mille grenades atomiques.

C’est à ce moment-là qu’elle avait décidé d’engager une procédure de dénonciation Elle voulait contribuer à apporter la paix dans cette région. Déjà qu’en 2008, ce qui fut encore les Etats-unis d’Amérique avaient été foudroyés par l’attaque de kamikazes, détenant déjà des armes nucléaires surpuissantes miniaturisées Encore rudimentaires, certes, mais déjà terriblement efficaces!

Les ayant fixées insidieusement dans le train d’atterrissage d’une vingtaine d’avions des lignes internes américaines, juste avant le décollage. Quadrillant systématiquement l’ensemble du territoire, celles-ci avaient explosé.

Le monde du Moyen-Orient dont l’Arabétadie fait partie n’avait plus à redouter l’emprise du pays du dollar ! Eh ! oui ! Aussi simple que cela !

Elisa Jones réfléchissait en adoptant un point de vue humanitaire: celui d’un être humain, de tous les êtres humains vivant au Moyen-Orient voire dans le monde entier. Tant qu’il en resterait un, il fallait le mettre en garde ! Ce que l’Arabétadie avait fait, beaucoup d’autres pays pourraient le réaliser. Dans ce domaine, on fait vite des émules !

Elle savait à quoi elle s’exposait ! Et c’était elle qui devait agir, pas un autre ! Elle n’ignorait pas, à l’époque, qu’elle aurait eu des démêlés avec son gouvernement. Elisa était consciente que l’Arabétadie était devenue la première puissance de frappe nucléaire au monde. Les autres nations d’Europe, de Russie, de Chine n’avaient plus qu’à ranger leurs joujoux désuets et encombrants dans leur grenier des souvenirs impérissables et que toute réplique était vaine !

En tant que «traître», Elisa risquait d’être châtiée. «Ils» pouvaient la manipuler et la tuer partout et à tout moment! Mais elle avait la responsabilité de révéler la vérité au monde. Nul autre qu’elle n’était en mesure de le tenter : il était donc de son devoir d’agir vite mais prudemment!

Célibataire sans enfant, la jeune femme estimait donc n’avoir rien à perdre ! Son idéal dépassait le souci de sa petite personne ! Puis vint ce fameux jour de 2016

—-

AU SUJET DE L’AUTEUR

Jean-Luc Flines

p.jean_luc_flines.02Jean-Luc Flines est un auteur dont l’inspiration est à la fois classique et surréaliste, à la frontière de l’absurde. Il écrit également des nouvelles et des romans. L’écriture est une de ses raisons de vivre et son imagination, l’âme de ses histoires. J-L Flines écrit notamment des textes sur le thème du fantastique, des chroniques imaginaires à propos de l’Amérique des années 1910-1960 et des récits dans lesquels l’art occupe une place essentielle. Il est également aquarelliste et illustre régulièrement ses propres textes. Enseignant de formation, il s’occupe d’un atelier d’écriture théâtrale pour des jeunes âgés de 10 à 12 ans. Il a régulièrement participé à des stages de mise en scène et d’acteur au sein du Théâtre National de la Communauté Française de Belgique avec notamment Bernard De Coster et l’auteur Bernard da Costa pour l’écriture dramatique. Il réalise régulièrement des films de courts-métrages pour présenter ses oeuvres picturales. Ses aquarelles ont été exposées à Bruxelles, Charleroi, Paris, Marseille, Nîmes, Arles, Avignon,Sion, Francfort, Tokyo.

DU MÊME AUTEUR

Ouvrage publié à la Fondation littéraire Fleur de Ly

  • FITZ BOWILING’S HOLLYWOOD
  • BLUE TRAIN CONNECTION

Ouvrages écrits et publiés sur Alexandrie Online et sur In Libro Veritas

  • La chaisière du Luxembourg (Nouvelle/Fantastique)
  • Le canal du destin (Nouvelle/Fiction)
  • Kurt et les voiliers maudits (Nouvelle/Angoisse)
  • L’odyssée talentueuse de David Hoffman Opus 1 (Roman/Fantastique)
  • L’odyssée talentueuse de David Hoffman Opus 2 (Roman/Fantastique)
  • Cyrano et Juliette (Théâtre)
  • Kids’Bronx (Nouvelle/Policier)
  • Métamorphénoména (Nouvelle/Fantastique)
  • Haru Asakaïdo (Nouvelle/Fiction)
  • Le coup du nombril (théâtre)

COMMUNIQUER AVEC L’AUTEUR

Jean-Luc Flines se fera un plaisir de lire et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de courrier électronique

jl.schietecatte@skynet.be

Adresse alternative

contact@manuscritdepot.com

TÉLÉCHARGER VOTRE EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE GRATUIT

Pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit, cliquez sur l’un des deux logos ci dessous.

logo-pdf      logo-zip

► NOTE TRÈS IMPORTANTE : Il est strictement interdit d’offrir ce livre en téléchargement sur un autre site. Prière d’utiliser un lien vers cette page web.

 

Bienvenue

La Fondation littéraire Fleur de Lys est heureuse de vous accueillir dans sa Bibliothèque publique de livres numériques gratuits. Ce site est rattaché à celui de la Fondation littéraire Fleur de Lys.

MÉMOIRE GRATUIT

La Fondation littéraire Fleur de Lys dépose un mémoire au sujet de la Stratégie culturelle numérique

MÉMOIRE GRATUIT

La Fondation littéraire Fleur de Lys dépose un mémoire sous le titre «Comment soutenir les librairies indépendantes québécoises ?»

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :