Le monstre – Un schizophrène d’occasion, roman, Christopher Di Omen

c_christopher_di_omen_5_a

DONNÉES AU CATALOGUE

Le monstre
Un schizophrène d’occasion
Christopher Di Omen
Roman,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, Canada, 2011,
82 pages.
ISBN 978-2-89612-376-6

 ——

PRÉSENTATION

 

Le monstre est mon sixième livre. Je suis schizophrène. Ma maladie, je ne la considère pas comme un handicap, malgré que parfois oui. Les images qui me viennent dans la tête durant des psychoses me sont très utiles en tant qu’auteur. Je m’assume entièrement dans ma maladie. J’espère à ma façon démystifier mon mal et mieux faire accepter mes semblables.

 

 

Mon quatrième livre Mes ami(e)s – Opuscules d’un auteur n’a pas intéressé ma maison d’édition. J’ai très mal pris ce revers et je me suis remis en question. Je me suis rappelé de mes débuts, lorsque j’avais écrit deux pièces de théâtre pour enfants. Le bonheur que j’avais ressenti en regardant l’émerveillement dans le visage des petits lorsqu’elles ont été jouées au Salon du livre de l’Outaouais m’a donné l’idée d’écrire un livre pour eux, pour retourner à mes racines. Ce que j’ai fait dans mon cinquième livre i VS Omën. Mais à la fin de ce livre, j’ai été pris d’un grand chagrin. Celui de savoir que deux de mes amis ne le liront jamais. C’est leur histoire et celle de leur monstre qui m’ont inspiré la première nouvelle. Ce monstre prétend être schizophrène et avoir fait une psychose. Ce que prétend aussi le monstre de la deuxième nouvelle. Cette facilité qu’ont tous ces personnages immondes à vouloir tous se faire déclarer fous dans le but de passer un séjour dans un hôpital plutôt qu’en prison. C’est ce que je cherche à porter à votre attention avec ce livre. Ces histoires romancées sont basées à 95% sur des faits qui se sont réellement produits. J’ai changé les noms et les dates pour éviter les poursuites et protéger les survivants.

—-

EXTRAIT

Le grand fils d’un petit homme

8 avril 2006, il est 22h30, c’est une soirée exceptionnelle, dans le sens qu’il fait très chaud aujourd’hui dans la petite banlieue de Chelsea au nord de Montréal. Emmanuelle est sur la terrasse. Cette jeune femme de 27 ans est tout ce qu’on peut appeler « une femme merveilleuse ». Elle est mariée à Paul Tronc, un chirurgien réputé de l’hôpital Le Gardeur. Elle a eu deux enfants avec lui, Andréa et Éric. D’ailleurs, son fils de 6 ans qu’elle surnomme Commandant vient la rejoindre à l’instant. Il est dans le cadrage de la porte patio tenant dans ses bras « Lulu » son dinosaure en peluche. Maman, il y a un monstre dans la fenêtre de ma chambre ! Dit Éric. Emmanuelle réplique d’un air réconfortant : – Mais non, mon garçon, des monstres, ça n’existe pas. C’est seulement l’arbre à côté de la maison qui a trop poussé et maintenant, ses branches frottent contre ta vitre. Je vais téléphoner à oncle Luc demain matin pour lui demander de venir l’émonder. Viens près de moi mon Commandant, je vais te dire quelque chose. Éric s’approche et se blottit contre sa maman qui dit :   – Tu n’as pas à avoir peur quand maman et papa sont là, il ne peut rien t’arriver. Ton père et moi, nous allons toujours te protéger.

Effectivement, le vent souffle fort sur les arbres, une branche brisée est tombée près d’Emmanuelle qui a décidé de rentrer se coucher peu de temps après qu’Éric l’eût fait. Mais avant de monter à sa chambre, elle a décidé de descendre au sous-sol embrasser son mari. Il était devant son ordinateur, dos à sa femme. – Que fais-tu, chéri? Dit-elle, tout en s’approchant de son amour. Elle se rend compte au même moment qu’il a la verge sortie et constate aussi avec effroi qu’il s’amuse avec, en regardant un film porno gay. – Là, je comprends beaucoup de choses, mon gars. S’émut-elle. Elle monte finalement à l’étage en ne disant aucun autre mot, mais pas sans s’être mise à pleurer à chaudes larmes.

Au matin, Paul se verse un café et va s’asseoir près de sa femme et de ses deux enfants à la table, il n’embrasse personne. Comment ça va ce matin ? Dit-il à tous. Éric répond seul : – Bien merci, papa ! Sa femme, vous comprendrez reste silencieuse, mais Andréa, sa fille de trois ans, personne ne s’explique pourquoi, mais elle n’aime pas son père et ne lui répond pas elle non plus. Après quelques minutes d’un silence lourd, on sonne à la porte. Ce sont les parents de Paul qui arrivent pour garder la petite. Éric, quant à lui, part au même moment pour prendre l’autobus qui l’amènera à l’école.  – Bonjour ! Comment allez-vous ce matin ?  Dit Germaine, la mère de Paul. – Bien maman, mais Em­manuelle n’est pas de bonne humeur ce matin. Répond Paul. – Ah bon ! Et pourquoi ? Réplique Charles son père. Emmanuelle finit par ouvrir la bouche. : – Je suis trop émotionnée pour vous en parler. Et d’un air qui ne cache pas le mépris qu’il a pour le peu d’éducation qu’a selon lui, sa femme, Paul dit : – Inculte ! Émotionné, ce n’est pas un mot. Mais bon, le langage étant fait pour exprimer nos pensées, mes parents et moi avons quand même compris ce que tu voulais dire. En vérité ce mot existe. Emmanuelle rétorque : – Est-ce que le génie qui éclaire les membres de ta famille trouve­rait plus convenable le mot « dégoûtée » ? Ce mot est plus près de ma pensée. – Dégoûtée de quoi ? De qui ? Questionnent tour à tour Germaine et Charles. Paul espère que le sujet ne va pas aller plus loin en disant : – Bon, on va la laisser tranquille. Comme je vous l’ai dit, elle n’est pas d’humeur. Charles poursuit en disant : – Ben, ce n’est pas le genre d’accueil auquel s’attendent des gens qui viennent rendre service. Mais venant d’elle, il n’y a rien qui m’étonne. Emmanuelle réplique : – Je vous saurais gré de ne pas utiliser la troisième personne lorsque vous parlez de moi en ma présence, et qui plus est, dans ma maison. Le père de Paul perd patience et dit : – Bon, nous on s’en va, vous vous arrangerez pour vous trouver quelqu’un d’autre pour garder. – Votre fils est gay! Dit sur un ton sans équivoque Emmanuelle.

– Notre fils a toujours été un homme joyeux, bon on y va, Germaine ! Dit Charles en feignant l’igno­rance tout en bousculant sa femme dehors avant même qu’elle n’ait fini de mettre son manteau. Les parents de Paul sont des gens très religieux, on pourrait même dire des fanatiques. Alors l’idée d’avoir un fils homosexuel serait pour eux la pire des calamités. – Bon, j’espère que tu es contente, là ?  Dit Paul à sa femme, une fois ses parents partis.  Emmanuelle termine en disant : – Contente ne serait pas le mot que j’utiliserais. Inquiète plutôt, inquiète à l’idée que tu m’aies trompée avec des hommes sans te protéger et que tu m’aies transmis le sida. Inquiète que cette foutue maladie, je l’aie attrapée avant d’avoir des enfants avec toi. Et que maintenant on leur ait transmis à tous les deux et hypothéqué leur vie. Inquiète de ce que je vais devenir en tant que mère monoparentale sans emploi. Non ! Je ne suis pas du tout contente de ce qui m’arrive. J’ai tout misé sur toi, ta carrière, tes enfants, mais je ne vivrai pas une minute de plus dans le mensonge. Je vais demander le divorce. En attendant, va vivre chez ta maman et ton papa sans tache et parfaits que tu chéris tant !

—-

AU SUJET DE L’AUTEUR

p.christopher-di-omen.006

Christopher Di Omen est né le 30 août 1967 à Hull. Il est citoyen amérindien, plus précisément Algonquin de la bande de la rivière du Désert près de Maniwaki. Le 26 octobre 1985, il s’est fait tirer dessus lors d’un vol à main armée. Il a eu une balle au bras gauche. Et depuis, il a développé la schizophrénie et fait des psychoses tous les ans à la date anniversaire de l’évènement. La terreur l’envahit et cela le rend agressif et quand cette terreur devient trop forte, il perd conscience et c’est alors deux entités qui prennent sa place. L’une c’est i, c’est le gentil. Il est hétéro et écrivain. i est juste un petit garçon qui à un moment donné a eu une bonne idée. – L’idée, c’est d’être sorti de ma folie et de mes psychoses pour venir vous voir, oui, Dieu existe, je vous ai vus. Dit-il. L’autre entité, c’est Omën et lui, il est mauvais, mais ce n’est pas un mauvais gars. Il est gai et photographe.

—-

DU MÊME AUTEUR

La pomme – Je n’ai plus la foi, maintenant je sais
CHRISTOPHER DI OMEN
Recueil de nouvelles,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2010, 96 pages.
ISBN 978-2-89612-334-6
http://manuscritdepot.com/a.christopher-di-omen.1.htm

Anubis – Conservation et conversation
CHRISTOPHER DI OMEN
Roman,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2010, 112 pages, illustré.
ISBN 978-2-89612-343-8
http://manuscritdepot.com/a.christopher-di-omen.2.htm

Mes règlements de conte
CHRISTOPHER DI OMEN
Contes,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2010, 128 pages,
Illustré par Françoise Bardin Borg
ISBN 978-2-89612-352-0
http://manuscritdepot.com/a.christopher-di-omen.3.htm

Mes ami(e)s – Opuscules d’un Auteur
CHRISTOPHER DI OMEN
Opinions,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2011, 124 pages.
ISBN 978-2-89612-379-7
http://manuscritdepot.com/a.christopher-di-omen.4.htm

Le monstre – Un schizophrène d’occasion
CHRISTOPHER DI OMEN
Roman,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2011, 82 pages.
ISBN 978-2-89612-376-6
http://manuscritdepot.com/a.christopher-di-omen.5.htm

i VS Omën – Laissez-moi vous raconter
CHRISTOPHER DI OMEN
Nouvelles,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2011, 114 pages.
ISBN 978-2-89612-377-3
http://manuscritdepot.com/a.christopher-di-omen.6.htm

Mes ami(e)s – L’amitié ça se construit
CHRISTOPHER DI OMEN
Biographies,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2011, 80 pages.
ISBN 978-2-89612-378-0
http://manuscritdepot.com/a.christopher-di-omen.7.htm

Le monstre – Le gène d’Adam
CHRISTOPHER DI OMEN
Roman,
Fondation littéraire Fleur de Lys,
Lévis, Québec, 2012, 100 pages.
ISBN 978-2-89612-401-5
http://manuscritdepot.com/a.christopher-di-omen.8.htm

COMMUNIQUER AVEC L’AUTEUR

Christopher Di Omen se fera un plaisir de lire et de répondre personnellement à vos courriels.

Adresse de courrier électronique

i@omen.me

Site internet de l’auteur

http://www.omen.me/

TÉLÉCHARGER VOTRE EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE GRATUIT

Pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit, cliquez sur l’un des deux logos ci dessous.

logo-pdf      logo-zip

► NOTE TRÈS IMPORTANTE : Il est strictement interdit d’offrir ce livre en téléchargement sur un autre site. Prière d’utiliser un lien vers cette page web.

 

EXEMPLAIRE PAPIER DISPONIBLE

Ce livre est également disponible en format papier.

Résidents du Canada
24.95$ CAD
Tout inclus

Résidents ailleurs dans le monde
Écrivez à l’adresse suivante car des frais de postes s’appliquent.
r-fournier@videotron.ca

COMMANDE EN LIGNE

Paiement en ligne avec PayPal

COMMANDE POSTALE

Indiquez sur un papier :

Le titre du livre et le nom de l’auteur
Votre nom (prénom et nom de famille)
Votre adresse postale complète
Votre adresse électronique
Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l’ordre de :

Fondation littéraire Fleur de Lys inc.

Précisez le montant sur le chèque

Canada

24.95$ canadiens
Tout inclus

Ailleurs dans le monde

Écrivez à l’adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s’appliquent : r-fournier@videotron.ca

Adressez-le tout à :

Fondation littéraire Fleur de Lys
20 rue Duplessis,
Lévis, Québec,
Canada.
G6V 2L1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bienvenue

La Fondation littéraire Fleur de Lys est heureuse de vous accueillir dans sa Bibliothèque publique de livres numériques gratuits. Ce site est rattaché à celui de la Fondation littéraire Fleur de Lys.

MÉMOIRE GRATUIT

La Fondation littéraire Fleur de Lys dépose un mémoire au sujet de la Stratégie culturelle numérique

MÉMOIRE GRATUIT

La Fondation littéraire Fleur de Lys dépose un mémoire sous le titre «Comment soutenir les librairies indépendantes québécoises ?»

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :